Skip to main content

Il est 5h45 et les rayons du soleil percent déjà dans les rétroviseurs. Derrière nous, Montréal. Ce matin, on quitte la ville pour s’élancer sur le parcours d’une nouvelle Via Ferrata, direction le Parc national du Mont-Tremblant. Après deux heures de route, les biches et un léger brouillard accrochés au sommet des arbres nous font savoir que nous sommes bien arrivés à destination.

Encore pas complètement réveillés, on se rend jusqu’au Centre de découverte du parc. Il est 8h00, on est pile à l’heure. Et pourtant, personne. On se demande si on est bel et bien au bon endroit, puis on tombe sur le guide papier du parc : “Point de rendez-vous de la Via Ferrata : accueil du parc.”

Craignant d’avoir ralenti le groupe, c’est un peu stressé et en courant qu’on se présente au bureau des activités. Le ton calme et bienveillant de la personne qui nous accueille nous rassure aussitôt. Finalement nous sommes quand même à l’heure et rejoignons le reste des aventuriers du jour.

Un grand sourire sous sa moustache, Justin nous invite à nous rapprocher pour entendre les consignes de sécurité et l’explication du fonctionnement du matériel. Il sera notre guide pour l’activité.

Homme sur la paroi de la Via Ferrata du Mont-Tremblant
Via Ferrata du Mont-Tremblant

Initiation et randonnée

Une fois équipés de nos baudriers, cordes et mousquetons, nous nous mettons tous les neuf en route pour notre épreuve du jour : La Grande Virée, un parcours d’un kilomètre pour 5h30 d’activité.

Après une quinzaine de minutes de marche dans la forêt, et avant de s’élancer pour de vrai, on se met en jambe avec un petit parcours d’initiation d’une dizaine de mètres.

prise métalliques sur la Via Ferrata du Mont-Tremblant

Cet exercice permet à notre guide de vérifier qu’on a bien tous compris comment se comporter sur la voie selon les différentes situations. Et pour nous les participants, il s’agit d’apprendre à manipuler les mousquetons.

La Via Ferrata du Mont-Tremblant

Pour débuter sur la Via, on commence par un pont suspendu au-dessus de la rivière du Diable. Avoir le vertige est bien sûr contre-indiqué pour ce genre d’activité. On nous avertit d’ailleurs d’avance qu’on aura à traverser des passerelles, des poutres, ponts de singe et ponts népalais, tout cela suspendu au-dessus du vide évidemment.

Le parcours de la Grande Virée passe par les trois niveaux de circuits offerts dans le parc, c’est comme faire toutes les via ferratas. On commence par la débutante, qui rejoint ensuite l’intermédiaire pour terminer sur l’experte. Donc si jamais on se serait sentis moins courageux en cours de route qu’au début du parcours, on aurait pu trouver des échappatoires. Mais aujourd’hui, notre groupe de 8 est composé de braves aventuriers, et nous poursuivons sans faillir.

 

pont suspendu mont tremblant

C’est depuis la dalle qu’on observe le mieux le paysage et tous les monts qui nous entourent. Le vide sous les pieds, pas (ou peu) de prise pour les mains et des grands steps en croisé pour progresser : ok, c’est pas le plus confortable pour admirer la vue mais c’est appréciable quand on reprend son souffle.

jeune femme sur le pont de singe de la Via Ferrata du Mont Tremblant
pont népalais dans la Via Ferrata du mont tremblant

Cette Via Ferrata là est vraiment différente de celle du Manoir Richelieu à la Malbaie. Tant et si bien que je ne saurai dire laquelle j’ai préférée! Mais je conseillerais quand même la Grande Virée à celles et ceux qui aiment se challenger. Étant plus longue et pas dotée de ligne de vie continue, ce parcours là demande plus d’énergie et de concentration.

vue sur les monts environnant depuis la Via Ferrata

Chaussures de randonnée ou pas ?

Un dernier petit conseil avant de vous quitter : on a hésité à prendre des chaussures de randonnée, pour finalement opter pour des baskets. Ce fut une erreur. Préférez les semelles rigides: c’est beaucoup plus confortable quand on doit tenir sur les échelons installés sur presque toute la paroi rocheuse, ainsi que pour la grosse partie de randonnée au retour (faut bien revenir au point de départ). Voilà, tenez-vous le pour dit et bonne grimpe !

Laisser un commentaire